Dans cette FAQ, nous adressons les questions fréquentes des personnes qui rencontrent ou soupçonnent des troubles du sommeil dans le contexte actuel de pandémie liée au virus COVID-19.

Comment puis-je savoir si je présente des troubles du sommeil ?

Il n’y a pas de moyen, hors consultation clinique et réalisation d’examen complémentaires, d’avoir l’assurance de reconnaitre un trouble du sommeil. En effet, les troubles du sommeil sont nombreux et les signes ou leurs causes diffèrent en fonction du trouble.

 

Pour autant, certains signes peuvent alerter sur la qualité de votre sommeil : difficultés d’endormissement, éveils pendant la nuit, réveils précoces le matin, fatigue au réveil, somnolence pendant la journée, etc.

 

Pour en savoir plus, sur les troubles et leurs signes rendez-vous sur notre page Troubles du sommeil

 

Testez votre sommeil en ligne ici

 

N’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin si vous pensez présenter des troubles du sommeil ou rendez-vous sur notre page Conseil

 

Je souffre d’un trouble du sommeil, suis-je une personne à risque au regard du COVID-19 ?

Le gouvernement, en collaboration avec le Haut conseil de la santé publique, met régulièrement à jour la liste de personnes à risques de formes sévères. A ce jour aucun trouble du sommeil n’y est répertorié.

Les personnes à risque de formes sévères de COVID-19 sont citées ci-dessous :

  • les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, accident vasculaire cérébral ou  coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée  et les malades atteints de cancer sous traitement.

 

Je souffre du Syndrome d’Apnées du Sommeil (SAS), suis-je plus à risque d’être infecté ?

Aucun élément connu à ce jour n’a mis en avant un risque plus élevé d’infection COVID-19 chez les personnes atteintes du SAS.

 

On notera tout de même que le SAS peut entrainer et/ou être une conséquence d’un certain nombre de pathologies comme les complications cardiovasculaires, l’hypertension, etc. qui peuvent faire d’une personne atteinte du SAS une personne à risque de développer une forme plus ou moins sévère de COVID-19.

 

Je suis traité(e) par Pression Positive Continue à mon domicile, dois-je continuer mon traitement ?

Si vous ne présentez aucun signe d’infection au COVID-19 (fièvre, courbatures, toux, difficultés respiratoires, etc.), vous pouvez poursuivre votre traitement tout en prenant bien soin de respecter les consignes de nettoyage du masque et du circuit de votre équipement.

 

Si vous suspectez une infection au COVID-19 ou si vous êtes infecté, appelez votre médecin traitant ou appelez-nous au 0805 629 400.

 

Quel est l’impact du confinement sur notre sommeil ?

Les études scientifiques disponibles qui se rapprochent le plus de notre situation de confinement sont celles effectuées dans le cadre de la recherche spatiale. Dans une étude récente sur 16 participants confinés pendant 30 jours, aucun impact sur le sommeil n’a été démontré.

 

Dans une autre étude, sur le confinement de 6 hommes durant 520 jours, un seul a développé une insomnie avec un temps de sommeil moyen par nuit avoisinant 6h30.

 

Je ne fais plus de sport à cause du confinement, cela peut-il avoir un effet sur mon sommeil ?

Durant un confinement, une activité physique régulière affecte positivement notre système nerveux central, nous permettant de garder un rythme circadien stable (rythme biologique sur une durée de 24h) et donc de limiter les troubles du sommeil.

  • Rester chez soi ou rester confiné ne veux pas dire ne plus faire d’activité physique. Au contraire, un exercice routinier journalier, même de courte durée, permet le maintien de la qualité du sommeil. Au vu de la situation, privilégiez une activité physique au domicile plutôt que dehors.
  • Evitez de pratiquer une activité physique moins de 3h avant l’heure du coucher.

 

Depuis le confinement, mes horaires sont chamboulés et mon sommeil semble affecté, que puis-je faire ?

Quel que soit son âge, il est toujours important de garder un rythme veille-sommeil stable. Encore plus en cas de confinement, sous peine d’une reprise plus brutale une fois terminé.

 

Pour les adolescents, il faut faire attention à ne pas se croire en vacances. A une demi-heure près, il faut garder son rythme scolaire habituel, pour être en forme à la reprise des cours.

 

La lumière du jour est aussi importante pour notre horloge biologique, évitez de vivre la nuit et essayez de vous exposer au soleil dans la mesure du possible.

 

Se mettre au lit uniquement lorsque l’on souhaite dormir peut faciliter votre endormissement (via l’association lit-sommeil) et le retour à un rythme stable.

Depuis le confinement je somnole pendant la journée, suis-je atteint d’un trouble du sommeil ?

Pas nécessairement, cela dépend de votre activité et occupation lors de vos journées en confinement. Si vous avez des soucis pour rester éveillé pendant la journée malgré une durée de sommeil normale ou élevée, alors cela peut venir d’un trouble du sommeil.

 

Sinon cela peut être dû à l’ennui ou à la poursuite d’une même activité pour une trop longue durée. Pour y remédier, vous pouvez :

  • Alterner les activités physiques ou manuelles, tout en évitant le prolongement des temps d’écrans
  • Faire une micro-sieste (~20 minutes) au cours de la journée. Ne pas faire de siestes prolongées de 2heures, qui vont perturber le sommeil nocturne et avoir des conséquences sur notre humeur comme l’irritabilité.
  • Structurer sa journée pour ne pas perturber son horloge biologique et garder un sommeil optimal :
    • Routine recommandée le matin
      • S’exposer à la lumière, idéalement durant le petit déjeuner
      • Faire de l’exercice
      • Prendre une douche chaude (pas de douche froide)

     

    • Routine recommandée durant la journée
      • Organiser un espace de travail (ne pas travailler avec son ordinateur au lit), un espace de détente et un espace de sommeil (lit)
      • Travailler ou réaliser son activité par plage de 2 heures entrecoupées de petites pauses (repos ou activité physique)
      • Faire une micro-sieste après manger

     

    • Routine recommandée le soir, 1h30 avant d’aller se coucher
      • Se détendre (arrêter de travailler, ne pas stimuler son stress avec des émissions liées au coronavirus)
      • Se couper des écrans

 

Depuis le confinement je mange et bois plus de café/thé/sodas/boissons alcoolisées,...
…cela peut-il influencer mon sommeil ?

 

Oui, cela peut affecter la qualité de votre sommeil mais aussi entrainer des difficultés d’endormissement.

 

Quelques conseils pour y remédier :

  • Mangez à des horaires fixes, pour le repas du soir
  • Mangez votre repas du soir 3 à 4h avant d’aller vous coucher, pour permettre à votre organisme de digérer
  • Privilégiez les plats les plus gras pour le repas du midi
  • Privilégiez des féculents pour le repas du soir, ils contiennent des sucres lents et évitent la sensation de faim plus tard dans la soirée
  • Evitez la surconsommation de boissons excitantes (café, thé, sodas) ou d’alcool qui pourraient perturber votre sommeil. Pour l’alcool, évitez la consommation quotidienne même modérée (2 verres standard de 10 grammes d’alcool pur chacun) et espacez les jours entre la prise d’alcool.
  • Evitez la consommation de boissons énergisantes après 14 heures
Depuis le début de la pandémie et du confinement je me sens angoissé, stressé, ...
…cela peut-il influencer mon sommeil ?

 

Bien sûr, les troubles du sommeil sont liés à de multiples facteurs, dont des facteurs environnementaux sujet à la perception individuelle de chacun, comme l’angoisse ou le stress, et qui peuvent être accentués en cette période de pandémie.

 

L’environnement étant une source de stress, celui-ci peut impacter la qualité de votre sommeil sans pour autant être le signe d’une maladie du sommeil. Durant cette période se détendre devient incontournable, quelques conseils y parvenir :

 

  • Séparez votre espace : détente, travail, sommeil
  • Faites une micro-sieste (~20min) récupératrice, de préférence après manger
  • Évitez de stimuler votre stress avec des informations liées au COVID-19 tout au long de la journée et au moins 1h30 avant le coucher
  • Arrêtez les écrans 1h30 avant le coucher

 

Cf. question 8 pour toutes nos recommandations sur comment organiser sa journée pour un sommeil optimal.

Pour aller plus loin

Lisez nos conseils autour du sommeil déjà disponibles le notre site, cliquez ici pour en savoir plus.

 

Visitez le site de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV). Une liste de 10 recommandations à suivre pour limiter les risques d’insomnie et conserver une bonne hygiène du sommeil pendant un confinement a été mis en ligne récemment. Cliquez ici pour en savoir plus.

 

Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions, n’hésitez pas à nous appeler au numéro vert (0805 629 400) si vous, ou l’un de vos proche, rencontre des troubles du sommeil et que vous souhaitez plus de renseignements.

Plan du site